Iles Cook

Noël au Balcon!!

Nous sommes à Hawaii, et je puis garantir la météo de ce Noël qui ne sera pas blanc!!!

Nous sommes, après un long transfert via l’Australie, arrivés dans l’archipel et sur l’île d’Hawaii il y a déjà quelques semaines, et profitons à fond de la clémence de l’hiver sous ces latitudes. Entre 22 et 28° la nuit et le jour, quel que soit le temps qu’il fait, 25° dans l’eau…. nous voici enfin en mesure de sortir les maillots!!! Nous aurons finalement navigué entre des printemps, des automnes et des hivers tout au long de ce voyage, qui, en 10 mois, ne nous aura pas laissé vivre un été. Mais je crache dans la soupe, auriez-vous raison de penser.

L’île d’Hawaii, sur laquelle nous échangeons notre maison avec Sandra, est la plus grande île de l’archipel, et la plus récente. A elle seule, elle peut contenir toutes les autres îles sur son territoire, et elle peut se targuer de continuer à grandir chaque jour, puisque des coulées de lave se déversent continuellement, accroissant ainsi sa superficie!!! Plus récent et plus actif volcan de la planète, le Kilauea est en éruption depuis de nombreuses années, il offre une vue fantastique sur un lac de lave, notamment au crépuscule,

 

Et ses « cousins » déversent donc leur lave jusque dans la mer, dessinant une somptueuse côte. Certaines coulées sont très récentes, et Alix peut ainsi s’offrir le luxe de fouler un sol presque plus jeune qu’elle!!! Les éruptions successives nous obligent parfois à nous dérouter,

Mais le spectacle offert par notre bonne vieille terre est constant. Nous croiserons ainsi des plages de sable vert, des prairies entières recouvertes de différentes sortes et formes de lave qui, ayant refroidi plus ou moins rapidement, laissent une empreinte différente à leur passage. Certaines particules de lave ont été pulvérisées au contact de l’eau, et forme des plages d’un sable plus noir que du charbon, qu’affectionnent particulièrement les tortues de mer pour réchauffer plus efficacement leur température d’animal à sang froid.

Alix adore le spectacle (et nous également) de ces tortues, dont nous pensions qu’elles ne revenaient sur la terre ferme que pour pondre et nicher, qui montent de manière si pataude sur la plage, elles qui, sous l’eau, sont si gracieuses.

L’île d’Hawaii est très variée, elle est surnommée le petit continent, puisque l’on peut y trouver 10 des 15 climats existant sur la terre, subtropical, désertique, et même subarctique! Le point culminant se trouve en effet dépasser allègrement les 4208m, et il n’est pas rare que les nombreux dômes des télescopes qui s’y trouvent soient recouverts de neige, même en été…

La côte au vent de l’île reçoit ainsi de très fréquentes et importantes précipitations, tandis que la côte sous le vent est quasi désertique, seules quelques herbes arrivent à braver les forts courants thermiques que lèvent les différences de températures en air et eau.

Notre séjour chez Sandra se déroule merveilleusement, nous occupons sa « Guest House », et avons ainsi partagé beaucoup de temps avec elle. Elle viendra nous rendre visite pour sa part de l’échange l’été prochain, accompagnée d’une partie de sa famille!

Nous alternons des journées entières passées à visiter les nombreuses plages des alentours, ou trainons délicieusement autour de la piscine, Alix s’en donnant à coeur joie dans tous les cas! La découverte du milieu aquatique continue pour elle comme pour nous, et nous pratiquons kayak, stand up paddling, plongée sous-marine et observation des récifs coralliens en palmes, masque et tuba. Certaines plages ont célèbres pour les raies Manta, et nous aurons donc la chance de pouvoir observer ces majestueuses raies dans leur milieu naturel, au moment de leur repas, composé du plancton qu’attirent nos lampes…

Nous retrouvons à Captain Cook (c’est en effet sur cette côte que le fameux explorateur a rencontré sa fin) Alain, un de nos amis, connu à Annecy, qui s’est établi ici il y a quelques années, et a créé un centre de plongée. Les plongées sont très différentes de celles effectuées dans le lac d’Annecy en plein hiver, et nous avons plaisir à nous retrouver de temps à autre pour « parler du pays »! Alain se fait parfois envoyer du reblochon, lorsque le mal du pays gagne, et la postière ici n’est jamais très heureuse d’avoir à gérer ces odorants colis……

Le temps s’écoule donc gentiment, et nous ferons donc dans les prochains jours un saut de puce pour rejoindre notre prochain échange de maison, à Honolulu, où nous passerons 3 semaines chez Sue et Greg, qui sont déjà venus à Cluses au tout début de notre périple. Il sera aussi temps de préparer Noël, ainsi que l’arrivée prochaine des grands-parents maternels d’Alix, qui nous rejoignent pour les fêtes. Le sapin de Noël aura sans doute la forme d’un palmier, bien que les Père Noël soient légions le long des rues, nous rappelant que l’hiver est rude dans d’autres coins du monde!

Si notre emploi du temps le permet, je tenterai, chers lecteurs, de vous tenir au courant de ces fêtes un peu particulières, à la fois très loin d’une partie de la famille, et très proche d’une autre. Sans oublier les visites, de Pearl Harbour notamment, et quelques sessions de surf ou de farniente!

 

Bonnes fêtes à tous,

Nous vous offrons cet hallucinant coucher de soleil,

Laurent, Myriam et notre petite Alix!

Les Iles Cook

Nous voici aux îles Cook! Et je vous laisse juges de l’endroit d’où je vous écris ce billet…….

 Après un vol de nuit très agité, nous sommes arrivés sur ce confetti qui subit ces jours-ci un régime de queues de dépressions tropicales (beaucoup de vent et beaucoup d’eau) plutôt inhabituel d’après ses habitants. Sur place depuis une semaine, nous avons donc déjà pris nos marques; ce qui, sur une île, Rarotonga, mesurant 32 kilomètres de circonférence, n’est guère compliqué! Si l’on tourne à droite au lieu de tourner à gauche en sortant de la maison, la seule conséquence sera en effet d’arriver en retard d’une demi-heure, ce qui, en Polynésie, n’est guère un problème.

 Les îles Cook sont un tout petit état indépendant comptant une vingtaine de milliers d’habitants et une quinzaine d’îles, dont 2 inhabitées. Elles ont un parlement, un premier ministre, et ont choisi de se rapprocher de la Nouvelle-Zélande pour la monnaie, pour la défense, et peuvent le cas échéant demander un avis consultatif à ce pays. Membre du Commonwealth, tous ses résidents fêteront demain 3 juin le Queen’s Birthday…avec une semaine d’avance sur l’Australie…

 C’est le seul pays que je connaisse qui n’accepte pas les permis de conduire étrangers, il m’a donc fallu faire établir un permis local, et collector! Je doute qu’il soit validé par quelque autre contrée, mais notre hôte Richard le présente lors de contrôles en Australie et n’a pas été inquiété jusque là!

 Nous n’entendons pas beaucoup de français, et avons appris que seuls 270 de nos concitoyens avaient visité ce pays l’année dernière…. 

 Nous sommes de peu dans l’hémisphère Sud, et à une longitude proche de la ligne de changement de jour (GMT -10h). Nous avons ainsi décollé de Sydney un Samedi soir vers 20h00, pour arriver après 6 heures de vol le même samedi, à 7h20 du matin…. Arrachez-vous donc les cheveux avec ça!!!!!!

 La vie ici est très détendue, il y a une route qui, vous l’aurez compris, fait le tour de l’île, une seconde route un peu à l’intérieur des terres permettant une évacuation en cas de tsunami, et c’est tout! Le tourisme compte pour beaucoup dans l’économie locale, sans toutefois défigurer le paysage, puisque seuls 700 lits parsèment Rarotonga, tous dans de petites structures proches de l’eau, et plutôt intégrées au paysage.

Le paradis est aussi fiscal, la liste d’attente de ceux souhaitant devenir résidents permanents et par conséquence jouir d’un taux d’imposition fixe de 20% est longue….

Enfin, le « cultivé localement » permet à l’agriculture de vivre, le marché du samedi matin offre papayes, courges, fruits de l’arbre à pain, etc…. directement du producteur.

 Nous sommes donc installés dans l’immense maison de Richard et Willy, en bord de lagon, voyez plutôt en entrant ces coordonnées : -21.224197,-159.829853 sur  www.maps.google.com .

 Nous avons un échange de voiture, qui nous permet de visiter à notre convenance les multiples plages du coin, qui sont toutes protégées par une barrière de corail, et offrent pour la plupart des possibilités d’exploration en Palmes/Masque/tuba,

En kayak, ou en stand-up paddle,

 

 

 

 

 

 

 

Enfin de construction de châteaux de sable (je vous rappelle qu’Alix aura 3 ans dans quelques mois).

 L’île est volcanique, et donc montagneuse, son point culminant atteint presque les 700m, et un chemin permet de la traverser par le milieu, ce que ne pourront s’empêcher de faire Myriam et moi-même, montagnards dans l’âme!!!

 De la même façon, à l’extérieur du lagon, les profondeurs deviennent vite vertigineuses, passant très rapidement de presque rien au niveau du récif à -1200m, rendant les plongées sous-marines extraordinaires. Je me suis ainsi laissé guider hier dans le corail, au sein d’une multitude de poissons de récif, dont une très belle rascasse (réveillée, ce qui n’est pas commun pour cette espèce plutôt nocturne), dans une eau cristalline et presque chaude, sur des tombants d’une beauté prodigieuse……  Quelques jours plus tard, c’est Myriam qui part en plongée, elle aura la joie de pouvoir observer une tortue et un requin évoluant dans un paysage sous-marin sublime, fait de gorges d’origine volcanique notamment.  Nous n’avons pas plongé ensemble, puisque nous alternons les activités auxquelles Alix ne peut se joindre.  

Alix, qui aura aussi droit à sa matinée de détente, alors que nous l’accompagnons à l’école locale pour une matinée. Ouverte à tous, cette école est plutôt souple sur les horaires et les activités, et les enfants sont très libres de vaquer à leur occupations, sous l’oeil plus ou moins attentif de 3 maitresses. Les parents qui le souhaitent peuvent rester, et tout se déroule dans une ambiance très « Island Style », comme disent les locaux.

 Locaux qui, lorsque nous les comprenons -et ce sont là nos capacités linguistiques que je mets en cause-, sont très avenants, mais avec lesquels  le contact n’est pas facile, pour une raison que j’ignore. Bien que nous habitions grâce à cet échange de maison dans une résidence privée et non un hôtel, nous faisons figure plus de touristes que de voisins, ceci expliquant peut-être cela…

Tombés par hasard sur un couple de français installés sur Rarotonga depuis quelques années, nous sympathisons rapidement (grâce à nos enfants respectifs, une fois de plus),  et ils nous confirment cette impression. Ce n’est que depuis qu’ils vivent ici à l’année qu’ils ont noué de vraies relations avec des locaux, alors même qu’il ont depuis 7 ans passé 7 mois de l’année sur l’île. Lui est surfeur pro, elle s’occupe de ses jumeaux de 2 ans, et fait des photos. Ils n’ont pas de gros besoins et sont tout à fait heureux de vivre à ce rythme, avec une demi journée de travail par semaine, le samedi matin au marché d’Avarua, à vendre des churros aux touristes et aux iliens… Alors que nous partageons un dîner dans notre immense maison, nous dissertons sur les motivations de nos hôtes à échanger leur maison, alors même qu’ils pourraient avoir leur résidence secondaire dans tous les Hilton de la terre, comme dirait l’autre… et concluons que la curiosité, la volonté de se laisser surprendre sont les principaux moteurs de l’échange de maison, au-delà des avantages économiques qu’il offre.

 Et voici nos dernières nouvelles, fraiches comme de la papaye à peine cueillie! Nous vous tiendrons au courant de la suite de nos aventures banlieusardes, depuis Manly Beach, Nouvelles Galles du Sud! Mais avant, je ne peux m’empêcher de vous faire partager un petit morceau de paradis :

 

L’itinéraire de notre tour du monde

 

Les premiers 6 mois

1. Pour couper en deux notre première étape, et aussi parce que Myriam voulait nous faire découvrir cette ville, nous passerons quelques jours (et nos seules nuits d’hôtel!) à Hong Kong, avant de rejoindre notre premier échange de maison,

2. En plein centre de Sydney, dans les Nouvelles Galles du Sud, Australie. Cet échange sera non simultané, puisque Jane-Ann et Tim viendront nous visiter dans l’été 2013, après notre retour!!! Dans ce cas, nous avons proposé à l’échange notre chalet à Thollon et notre appartement à Flaine, dans la mesure où nous aurons besoin d’un endroit où vivre!!!  (selon les projets de vacances, certains échangeurs proposent l’utilisation de leur résidence secondaire N.D.L.R.)

3. Intercalé dans cet échange de maison, nous partirons pour les îles Cook, un petit état politiquement lié à la Nouvelle-Zélande, pour passer une quinzaine de jours dans une maison les pieds dans l’eau chez Richard et Willy, qui ne se rendront en France que pendant l’été 2013 également. L’île de Rarotonga n’est qu’une poussière dans l’océan Pacifique, puisqu’elle ne mesure que 32km de circonférence (on y trouve néanmoins 2 offres Homelink!!!!). Notre hôte, Richard, en fait le tour à pied en moins de 5 heures!!!!

4. Après avoir quitté le centre de Sydney, nous prendrons le ferry pour rejoindre notre 3ème échange de maison, de 6 semaines, à deux pas de la célèbre Manly Beach. Cette plage tient son nom de ces premiers habitants, considérés comme « virils » par les premiers européens qui y mirent les pieds. Une somptueuse maison nous attend pour ce long séjour, pendant lequel la famille Dawson profitera à sa convenance de nos différentes propriétés, ainsi que de notre voiture, que nous échangeons aussi la plupart du temps.Julie et Roger sont retraités, comme la majorité des personnes avec lesquelles nous échangeons notre maison pour de longues périodes. Nous aurons l’occasion de les rencontrer avant leur départ, pour partager un peu plus cette vie locale… D’ailleurs, à notre manière, nous prenons aussi une année de retraite avant l’heure!!!!

5. Un saut de puce (à l’échelle de l’Australie) nous emmènera à Adelaide, en Australie Méridionale, pour un nouvel échange de maison simultané de 6 semaines. Une route à traverser, et la mer s’offrira à nous! Bizarrement, c’est dans cette région que nous avons eu le plus de réponses favorables à nos demandes d’échange! Nous avons dû choisir, bien sûr, et avons donc une solide liste d’adresses de personnes à rencontrer lorsque nous serons sur place, dont une australienne francophile, dont je puis dire qu’elle maîtrise mieux la langue française que nombre d’entre nous!!! Pendant cet échange, nous prendrons un peu de temps pour visiter le Centre Rouge de l’Australie, en louant un petit camping-car. Heather et Peter ne viendront chez nous qu’une petite semaine, au mois d’Août, incluse dans un tour d’Europe, accompagnés de leurs enfants et petits-enfants. Ils sont ravis de voir leur appartement occupé pendant leur longue absence, pour des raisons diverses et variées. Retraités également, ces heureux grands-parents disposent de tout ce qui sera nécessaire à Alix pour profiter de la vie, jeux, jouets et livres pour enfants!!!!!

6. L’Australie Occidentale nous accueillera ensuite, et nous passerons le printemps dans la banlieue de Perth, chez Bob et De’Arn Alexander, qui profiteront de nos propriétés avec leur famille, émigrée au Royaume-Uni. Alix aura la joie de passer une bonne quinzaine avec sa Mamie, qui, à 77 ans, fera seule le voyage depuis Genève!!!!! Nous avons également quelques soirées de prévu, avec des amis de Bob et De’Arn, qui viendront même nous chercher à l’aéroport, nous évitant un transfert en taxi! L’Australie Occidentale regorge de paysages sauvages et uniques, le Pinnacle Desert, la Petrified Wave, Shark Bay, pour n’en nommer que quelques uns.

Perth clora notre balade Down Under, et les premiers 6 mois de notre périple !…

Abonnez-vous à ce blog et suivez les aventures de Laurent !

Pour vous abonner au blog – entrez votre adresse mail dans le champs à droite et cliquez sur INSCRIPTION

 

 

Les aventures d’une famille de Haute Savoie

Faire le tour du globe

Beaucoup l’ont rêvé - ils l’ont fait!

Laurent, Myriam et Alix, une jeune famille de Haute Savoie, ont effectué le tour du monde en échangeant leur maison.  Laurent avait promis de partager avec nous chaque étape de leur voyage – du départ le 4 mai 2012, jusqu’au retour le 28 février 2013 (en passant par Sydney, les Iles Cook, Adelaide, Perth, Christchurch, Hawaii, Montréal et New York). Il a tenu sa promesse et nous a fait rêver tout au long de leur extraordinaire périple.

Depuis, Laurent, Myriam et Alix sont rentrés au bercail, mais, rien que pour le plaisir - Suivez Laurent ! - et découvrez le monde merveilleux des échanges de maisons.