Conseils pratiques

Prêts… Partez – en échangeant votre maison!!!

Rêve d'échange de maisonJe ne sais pas pour vous, mais la petite voix du voyageur commence à s’insinuer dans mes pensées, et je me surprends à réfléchir à des « où » et des « quand » plus souvent qu’à mon tour…..

Il faut dire que je suis aidé en cela par une recrudescence de courriels me proposant de fantastiques offres de voyages, et une boîte aux lettres réservée à l’échange de maison commençant à se garnir d’offres plus alléchantes les unes que les autres.

Si vous êtes un adepte chevronné du voyage et de la découverte d’autrui par l’échange, vous savez ce qu’il vous reste à faire, en l’occurrence répondre à cette petite voix –et à ces emails qui s’accumulent-, choisir, organiser, partir !

Si vous venez de terminer le visionnage du  film « The Holiday » et êtes en cours de réflexion, vous demandant si ce mode d’hébergement est fait pour vous ; si encore vous venez de lire l’entrevue avec  Adam et Rebecca, qui racontent dans le billet qui précède leur première expérience d’échange de maison, continuez cette lecture, et préparez…. votre premier échange !

Pour commencer, il va vous falloir adhérer à un organisme gérant des offres. Ces sociétés sont –de plus en plus- nombreuses, et proposent une offre parfois payante, et parfois gratuite. Dans ce dernier cas, gardez en tête que la gratuité fait que c’est vous qui devenez le produit. Vos coordonnées, entre autre, seront sans doute vendues à des tiers, à des fins commerciales futures. Dans le cas d’un service payant, l’on peut imaginer que les adhérents seront plus motivés, présents, réactifs, impliqués également dans le processus d’échange. Les services de messagerie intégrée, tout comme l’affichage du pourcentage de réponse aux offres d’échange garantissent le  « sérieux » des partenaires potentiels.

Alors viendra le temps de la publication de votre offre, pour laquelle il convient évidemment de respecter quelques règles, à commencer par l’objectivité ! Inutile en effet d’enjoliver votre proposition, vous habitez dans un endroit de toute façon très exotique pour vos futurs partenaires ! Soyez bien-sûr précis les capacités d’hébergement, et sur la qualité des couchages proposés. Par exemple, n’oubliez pas de citer que votre canapé est convertible, mais ne tenez pas pour acquis que votre sofa non convertible pourra faire office de lit, certains partenaires d’échanges (dont je suis…) tenant à leur petit confort. Mettez-en avant les appareils ménagers rendant les vacances faciles, et n’oubliez pas que, si vous en disposez, le WIFI est un mot magique auprès de nombreuses personnes !

Gardez également en tête que vos hôtes se questionneront sur les moyens d’accéder à votre nid douillet ; ainsi, mentionnez l’aéroport ou la gare la plus proche. Faites un résumé culturel et historique de votre région, et prenez un peu de temps pour parler de vous ! En vous présentant dans votre offre, vous donnez à vos futurs partenaires le sentiment qu’ils vous connaissent, et interagissez pour le meilleur avec eux, dès qu’ils ont votre annonce sous les yeux ! Enfin, les sites internet des offices de tourisme, des attractions régionales, ou facilement accessibles, doivent être mentionnés, afin que le lecteur puisse se faire rapidement une idée du potentiel de visites de votre région.

Publiez également le plus d’images possibles, de votre lieu de résidence, bien sûr, mais aussi pourquoi pas de votre petite famille, ainsi que des points d’attractions qui se disséminent sans doute autour de votre lieu d’habitation.  Cette préparation est vraiment excitante, vous le verrez, en cela qu’elle vous permet de vous retourner sur votre quotidien, et de mettre en valeur des aspects 100 fois oubliés de votre maison, appartement, village, cité, région. Une banale église que vous longez chaque jour sans y être jamais entré ? Un joyau du 16ème siècle pour vos futurs visiteurs, qui y verront tout un pan d’histoire, de religion d’architecture ; et de typicité régionale ! Nous avons ainsi découvert à la suite d’un échange avec des canadiens qu’une magnifique cascade se trouvait à 15 minutes de marche de chez nous, dont nous ne soupçonnions pas l’existence !

Votre annonce éditée, quelques heures passées à envoyer des courriels, à y répondre, à peser le pour ou le contre de telle ou telle région, de telle ou telle maison, vous serez, à quelques mois de partir, déjà en voyage, et c’est ici que commence la magie de l’échange !

L’accueil

Vous pourriez vous poser la question de savoir comment s’organisent nos échanges au jour le jour. Nous sommes à 20000km de notre domicile, et recevrons une vingtaine de personnes chez nous pendant les 5 échanges simultanés que nous gèrerons à distance (sur un total de 8). Nous avons commencé assez simplement à nous organiser, grâce à une simple feuille de calcul, des cellules de couleurs différentes, et un tableau à double entrée (qui, et quand).

 

Cette approche très visuelle nous a permis de communiquer très aisément aux personnes qui seront nos intermédiaires sur place les informations dont elles auront besoin, qui arrive quand, par quel moyen (avion, train, voiture), et combien de personnes doivent-elles être logées… Nous avons également sur le presque même modèle produit un document permettant de nous suivre dans nos pérégrinations, avec adresses précises, N° de téléphone, décalage horaire…. Skype est une aide précieuse, non seulement bien sûr pour garder le contact, mais aussi pour rappeler les détails de chaque échange!

 

A ce sujet, vous pouvez sans doute imaginer que les grands-parents d’Alix n’ont pas vu d’un très bon oeil (et c’est peu dire) notre idée de les séparer de leur petite fille pendant 10 mois, et Skype est réellement un outil fantastique pour communiquer de la manière la plus complète possible. Nous pouvons faire visiter les maisons que nous échangeons, Alix peut jouer avec ses Papy et Mamy presque tous les jours. Ces derniers sont ravis de ces vacations téléphoniques, et se sont même faits à l’idée de venir nous rejoindre quelques semaines, les uns à Perth, les autres à Hawaii!

 Nous avons donc 2 groupes (que nous ne remercierons jamais assez!!!!) pour l’accueil de nos partenaires d’échange de maison, des amis d’une part, et les parents de Myriam d’autre part, ces derniers habitant à quelques km de notre résidence principale.  Ce petit monde ne parle guère anglais, mais arrive malgré tout à se faire comprendre (jusqu’ici….), et nous avons de toute façon laissé dans l’appartement un topo très précis faisant office de mode d’emploi de notre maison.

 

Ce « user’s guide », à destination de nos hôtes, est à la fois synthétique et complet, avec un maximum de photos, une image valant mieux qu’un long discours, il reprend les basiques (que faire du courrier, du linge au départ….), mais aussi en détail le fonctionnement de l’électroménager, souvent assez différent de ce que nous trouvons dans le monde anglo-saxon, notamment, avec d’autres unités de mesure, de l’ordinateur et  de la télévision.

Nous avons également, dans la mesure du possible, téléchargé sur l’ordinateur tous les modes d’emploi de nos appareils électriques en anglais. Chaque fois que cela était possible, nous avons préréglé les menus en anglais, afin que nos partenaires d’échange de maison ne se sentent pas trop perdus.

Le « user’s guide » de la maison comporte aussi bien sûr les numéros d’urgence, pompiers, police, … ainsi que le n° de notre médecin habituel, et celui d’une voisine anglophone, qui sera notre relais dans l’immeuble si la barrière de la langue constitue un obstacle trop important. Enfin, quelques conseils de sorties, restaurants, musées et promenades à ne pas manquer.

La bouteille de vin traditionnelle est déposée avant chaque échange pour souhaiter la bienvenue.

Puisque de nombreux échanges de maison se succèdent chez nous, nous avons choisi de faire passer quelqu’un pour faire le ménage avant chaque arrivée, nous sommes ainsi certains que tout est en ordre au moment de l’accueil de nos hôtes. 

Pour le chalet que nous proposons également à l’échange, nous avons produit le même type de document, et une personne sur place prépare la maison pour la venue de nos hôtes, à la demande. De cette manière, nous savons que nos partenaires d’échange arrivent dans une maison chaude (le chalet est à 1000m d’altitude, il doit souvent être chauffé, même à la belle saison) et prête à les recevoir.

Pendant le séjour de nos partenaires d’échange, nous échangeons quelques courriels, surtout à l’arrivée et au départ, et les laissons nouer les relations qu’ils souhaitent avec nos parents, amis, voisins…. Du golf avec les uns (le golf, comme les enfants, permet de communiquer au delà de la langue!….) à la fondue avec les autres, la barrière de la langue tombe vite face à un caquelon fumant, ou au 17 du golf de Chamonix…..

Greg, Sue, leur fils et un couple de leurs amis, nos premiers hôtes venant d’Hawaii, ont ainsi passé 3 semaines qu’ils nous disent mémorables, entre vélo, promenades en Suisse et Italie, mais aussi dans le Sud de la France, et invitations diverses des voisins et de mes beaux-parents (une application pour iPhone de traduction anglais/français faisait aussi partie des invités ce soir là !!).

 

Le succès d’un échange de maison se résume ainsi pour nous en quelques mots, organisation, bonne volonté et bonne humeur…

 

Voyager avec un enfant…

Nous avons, Myriam et moi, pas mal bourlingué à travers le monde; loin d’être des aventuriers, nous sommes pour autant habitués au paquetage, à la pharmacie de voyage, à l’organisation générale de longs et lointains séjours.

Une partie de ce tour du monde en échanges de maisons consistait donc à perdre nos repères, et répondre au défi de partir avec notre petite Alix, presque 3 ans.

Cette petite n’est pas très compliquée à gérer, tant qu’elle est repue, du moins……. mais nous partions malgré tout vers une sorte d’inconnu, avec de long vols, de longues escales, des séjours renouvelés dans des maisons certes amicales mais néanmoins mystérieuses…..

Dès le départ, le choix du voyage « léger » s’est imposé.

 Nous ne partirons donc pas avec trop de vêtements, mais privilégierons les jouets et la lecture pour Alix. Le résultat sur la balance est juste à 50kg, ce qui est raisonnable pour une dizaine de mois de voyages, et nous savons qu’Alix grandissant sans cesse, et puisque nous passerons de +28°C (Hawaii) à -28°C (Montréal), nous devrons faire quelques achats, ou nous faire expédier quelques vêtements sur une de nos étapes. Les Doudous et Doudous de secours sont assez nombreux, ainsi que quelques jeux éducatifs préparés par une grand-mère autrefois enseignante,  et enfin de nombreux livres, et quelques épisodes de Barbapapa téléchargés sur notre ordinateur portable, en cas d’urgence…..

Nous avons autant que possible sélectionné des vols de nuit, en tout cas pour les plus longs, pour que le temps ne paraisse pas trop long au Bout de Chou, à ses parents, et aux autres passagers! Alix a déjà pris l’avion, nous savons qu’elle réagit sans souci aux secousses, décollage et atterrissage.

 

Et jusqu’ici, tout va bien, merci!

 Alix s’est tout à fait adapté à ses différentes chambres à coucher (4 à ce jour, hôtel compris, 3 cabines d’avion non incluses!), et profite des jouets qu’elle trouve ou invente dans les maisons que nous échangeons, ou de ceux que nous lui avons pris, selon le cas. Le décalage horaire semble peu la toucher, confirmant ce que nous avions lu sur différents forums, et, tant que les vêtements dont elle est affublée au départ sont suffisamment multicolores, elle est tout à fait présentable à l’arrivée (il faut dire qu’elle aime tellement manger qu’elle ne laisserait jamais une miette sur ou derrière elle!!!).

Le bilan du premier mois de ce voyage est donc sous cet angle tout à fait positif, et nous avons bien eu raison de penser dès le départ que la petite s’adapterai aussi vite, sinon plus, que nous à de nouveaux fuseaux horaires, de nouveaux lieux de vie, de nouvelles préparations culinaires, et j’en passe!!!!

 

Alors n’hésitez pas, en tout cas à cause de votre petite famille, PARTEZ!!!